Itapoan, érudit débutant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Itapoan, érudit débutant

Message  Itapoan le Mar 14 Aoû - 17:59

Le jeune Pandawa s'était présenté devant le département des mystères. Il allait toquer à la porte de Mysterium lorsqu'un puissant effroi lui étreint l'estomac. En effet, son apparence vestimentaire et son pelage touffu qu'il n'avait pas peigné depuis des lustres ne décrivaient pas l'apparence d'une personne lettré. Tout au plus, il passerait pour un clochard à la recherche de quelque combine pour pouvoir loger dans la bibliothèque. Et puis, qu'allait-il pouvoir raconter sur lui. Les autres candidats avaient probablement suivi une initiation aux lettres dans des institutions prestigieuses, quand était il de lui? Rien. Un autodidacte pur et dur. Et récent qui plus est. rien de très valorisant.

Sans s'expliquer pourquoi, sortit de la bibliothèque et s'assit sur la dernière marche de l'entrée. Il posa ses coudes sur ses genoux et son visage sur ses poings le déformant en une moue grimaçante. C'est alors qu'une Eniripsa dodue et assez agée et dont le long nez crochu portait de fines lunettes voltigea gracieusement autour de lui:
-L'Eniripsa: "Hé bien, encore un qui n'a pas l'air dans son assiette! qu'est-ce qui t'arrive, jeune Panda?"
-Itapoan: "Laissez tomber! Ca n'intéresse personne!"
-L'Eniripsa: "Insinueriez-vous que je ne suis personne puisque je m'y intéresse?" Rétorqua-t-elle avec sévérité. Le Panda se redressa en un tressaillement.
-Itapoan: " Veuillez m'excuser! Je ne voulais pas être impertinent. Bien, puisque vous avez l'air d'avoir, je vais tout vous expliquer depuis le début."
-L'Eniripsa: " Tu es tout pardonné. Et oui j'ai beaucoups de temps. Je t'écoute."
Itapoan se tourna vers elle et entreprit le court compte de son existence telle qu'il s'en souvient:

"Tout commença il y a moins d'un mois de cela, lorsque je me réveillai amnésique dans mon sang, auprès d'un rocher de la forêt d'Astrub. Un sentiment d'abandon extreme m'envahit, comme si je m'étais moi même déserté. Je connaissais mon pays, mais pas mon histoire; ma race mais pas les miens, mon corps, mais pas mon nom. je trouvai ce que je pris pour ce dernier écrit sur mon slip :" Zumbi... Cela doit être mon Prénom. Je suis donc un Pandawa qui s'appelle Zumbi." Cette première pensée marqua le début de la quête de mon identité. "

-L'Eniripsa: "Donc vous vous appelez comme la marque de sous-vêtements brakmarien?" Interrogea-t-elle en ricanant
-Itapoan: "Non... J'y reviendrai"


"Je me rendit en ville, où, comme un dément, je demendais aux gens s'ils me reconnaissaient, s'ils m'avaient déjà aperçu dans les parages. C'était en plein après-midi de Jouiller et la foule était dense et hatée. Personne n'avait le temps pour s'occuper d'un Pandawa fou qui demande aux gens qui il est. l'air était sec et la le soleil les taches noires de ma fourure. Je m'assit à l'ombre, sous le péron d'une taverne. J'étais perdu dans mes pensées. Tant de questions me tiraillaient: avais-je une famille? un travail? ma vie était-elle belle? étais-je riche ou pauvre? Et c'est alors que je me demandais ce que je pouvais bien aimé, qu'une dense odeur de bière vint à mon museau. elle était accompagné de bruits de pas martellant lourdement un sol en bois. c'était le tavernier qui sortait pour essorer un gros torchon imbibé du doux breuvage dans une grille d'égout, à coté de l'entrée. je le regardais faire avec gourmandise, si bien que je ne remarquai son regard sévère qu'après qu'il se soit redressé. il s'écria alors: "TOI!!!" et me jetta -pour mon plus grand bonneur- le bout de tissu mouillé au visage. la sensation était si exquise qu'elle me fit bascullé en arriére, malgré la stupeur qu'avait provoqué l'Enutrof en moi: "J'esère que t'es pas venu les mains vide, Panda de malheur! j'ai fait le compte! y en a pour 5000 kamas de réparations et 3400 de boisson! et c'est sans compter le manque à gagner et les frais de docteur de ma grande soeur! Espèce de bon à rien! C'est ça continue à faire semblant de pas m'écouter! Mais si tu crois que tu me fais peur! à si j'm'écout..."

"J'étais là hier soir?" questionné-je brusquement. La peau de mon interlocuteur devint subitement rouge. les veines de son visage se mirent a gonfler. il se saisit délicatement d'une pelle apuyée contre le mur et je senti le danger venir. mais je n'eut pas le temps de me lever qu'une tempete de galets se jetait déjà sur moi. Je prit mes jambes à mon coup, et fondit dans la foule agitée. Je ne saurais dire pourquoi, un bon moment après avoir semé le tavernier, je courais encore, comme possédé. mes yeux ne se fixaient plus sur rien, comme absorbés par autre chose. ma tete ne pensait plus, je n'avais plus peur, je me laissais guidé par le grand vide qui m'habitait.




C'est ainsi que j'arrivai sur une grande place, où quelques pandawas papotaient en sirotant quelque liqueur de pavot, et ou la belle et grande statue Pandawa était érigée. Je m'y adossai pour reprendre mon souffle. Ma tete était brulante et j'avais des étours. je fermai les yeux et posai le torchon sur ma tête. C'est alors que j'entendis sa voix; celle que tout Pandawa reconnaît lorsqu'il l'entend: celle de la Déesse. C'était une voix dousse, aigrelette et rigolarde qui me sussura les paroles que voici:




"Tu vas me rendre un fier service, mon mignon! Tu vas °hips° t'empresser de me faire une belle grosse pile de parchemins de vent! puis tu les donnera à la bouteille vide °hips° où l'archer sage dort et attend son heure. Et pis! Et pis! Et pis ben alors la! Là, quand la lune sera plus ronde que moi, les humus jaillir...ront de la terre et llllle feu descendra du ciel et les humus de la terre et le feu du ciel S'inuront... S'oniru.. S'uniront pour former la chair autour de l'esprit du sage Crâ, et la guilde des trois C pourra renaître de cette cendre °burp°! Rappelle toi des trois C et de ce nom: Sayphiraute. hihihihhiih...." "

-L'Eniripsa: "Quelle imitation appliquée! Mais... elle était ivre?"
-Itapoan: "Ronde comme un ballon. Et son ivresse m'enivrait plus violemment qu'une liqueur de bois, mais d'une ébriété plus douce qu'un vin de rose sombre."
-L'Eniripsa: "Quel poète! bien, poursuivez!"

" Ce rire semblait si proche, qu'en un sursaut j'otai le tissu de mon visage et regardai autour de moi. Mon geste brusque avait alerté les quelques alcooliques qui dicutaient de l'autre coté des pavés mais personne d'autre ne peuplait les environs.




Je me senti alors d'une infinie légèreté. peu importe, à présent de savoir qui je suis, puisque ma maîtresse m'a parlé. Je sais à présent quoi faire... Quoique... Je dois faire quoi en fait?

Je commençai par placarder ces affiches dans tout Atrub voire si ça bouge.

"Cherche
Informations: - sur une guilde portant trois C
- un Crâ nommé Sayphiraute
demandez Zumbi, en vous annonçant dans n'importe quel bar de la ville."

Les jours qui suivirent, je passai mon temps à m'entraîner dans les environs d'Astrub et à effectuer diverses tâches pour les habitants afin de gagner de quoi vivre. Lors de mon temps libre, je me rendais à la bibliothèque pour chercher des informations pouvant faire avancer ma quête. Bien sûr, je ne trouvai rien, mais les livres que je lisais provoquèrent en moi une envie, un soif infinie de connaissance, et une passion pour la lecture. Désormais, j'allais chaque jours dévorer des manuscrits comptant des histoires passionantes ou relatant l'histoire du monde des douzes. Bien que je n'apprit rien de concret non-plus sur mon identité, mes nombreux combats laissèrent apparaître les tecniques de Pandawushu que je devais utiliser auparavant, ainsi qu'un certain don pour l'invocation. De plus, en intéragissant avec mon entourage, je laissais transparaître mon caractère d'antan, qui s'avère être celui d'un véritable pandawa: modeste et vaillant. C'est à ce moment que je découvrit ce que signifiait Zumbi, et que je décidai de m'appeler Itapoan, en hommage à un très ancien et légendaire maître de Pandawushu, qui créa un style très artistique, la pandaweira.

Ayant pu lire dans les récits d'Acidrik Fenlapanse que Le peuple de Crâ puise sa force dans celle d'Helioboros, je supposai que plus d'informations sur cette mystérieuse guilde que mentionnait Pandala devaient se trouver à Bonta. Seulement, je gagnais trop peu de kamas pour pouvoir voyager aussi loin, et, bien que mon entrainement laissait peu à peu apparaître ma puissance d'autrefois, j'étais trop peu sûr de ma technique pour affronter seul tous les dangers que pouvait représenter une telle expédition. Je décidai alors d'entrer dans une guilde. Mais celles-ci n'engageaient que de puissants guerriers ou de riches artisans. C'est alors que je tombai sur un riche Ecaflip nommé Sombrelys, qui dirigeait une guilde sur le point de sombrer. Je lui racontai mon histoire et il s'engagea à m'aider financièrement si je l'aidais à remettre sa guilde sur pied d'abord en devenant fort et riche comme lui, puis en recrutant des membres dans tout Amakna pour garnir la guilde et protéger le Lys sacré."


-L'Eniripsa: " Ce récit est passionant! Que d'avantures! Mais comment cela nous mène-t-il à..."
-Itapoan: " J'y viens" l'intérompa-t-il:

"Ce fut alors un nouveau commencement pour moi. Sombrelys m'offra un équipement, m'hébergea et me nourrit sans rien me demander d'autre en retour que de devenir plus fort. Je m'entrainai d'arrache pied et bientôt mon travail paya, puisque je devint l'un des chasseurs de prime les plus doués d'Astrub. Les kamas gagnés me permirent de m'acheter de nouveaux équipements et des livres. Mais il m'était toujours impossible de me rendre à Bonta avant d'avoir rempli mon devoir envers Sombrelys. C'est alors que je tombai sur ce nouveau département de la bibliothèque d'Amakna qui semble rassembler des écrits d'un peu partout. Il est clair que je dois y accéder! De plus, en faire partie me permettrait d'approcher les aventuriers les plus érudits du royaume et eux, je suis sûr qu'ils pourront m'aider!
Et, aujourd'hui, j'allais justement postuler pour en faire partie. Mais tel que vous me voyez, qui voudrait de moi pour travailler dans une bibliothèque? Et comment se convaincre que le Pandawa que vous avez en face de vous a lu plus de deux cent livres en l'espace de trois semaines? J'ai décidé d'attendre d'avoir un plan avant de me présenter à Monsieur Mysterium sous cette apparence désastreuse."

-L'Eniripsa: "Hé bien, cher ami, si vous écrivez comme vous parlez, peut-etre une lettre saura convaincre mieux qu'un discours malmené par les doutes que génère votre apparance que, mo foi, vous éxagérez un peu à mon goût!"

-Itapoan: " Quelle bonne idée!" S'écria le Pandawa dans un sursaut. " Je cours à ma plume! Merci!" Il était déja parti

-L'Eniripsa: " Attendez! Je ne me suis meme pas présentée!"

Itapoan

Messages : 5
Date d'inscription : 14/08/2012
Localisation : Astrub et environs

Feuille de personnage
Serveur: Jiva
Classe: Pandawa
Niveau: 58

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum